Sécurité du vaccin contre les infections par les virus du papillome humain (VPH)

Le vaccin contre les infections par les virus du papillome humain (VPH) est le meilleur moyen de protection contre les infections par les VPH et leurs complications. Comme tous les vaccins offerts au Québec, le vaccin contre les VPH est fabriqué selon des normes de sécurité très strictes.

Le vaccin utilisé dans le cadre du programme québécois de vaccination contre les VPH est le Gardasil 9. Selon les statistiques recensées sur ce vaccin, moins de 1 personne sur 1 000 présente des symptômes graves après la vaccination.

L’ensemble des articles scientifiques publiés à travers le monde confirment également la sécurité du vaccin contre les VPH.

Femmes enceintes

Par mesure de sécurité, aucune recherche sur les effets secondaires du vaccin contre les VPH n’a été menée chez les femmes enceintes et leurs bébés à naitre. La vaccination contre les VPH n'est donc pas recommandée pendant la grossesse.

Toutefois, une analyse a été effectuée sur des données concernant 2 802 femmes des États-Unis, du Canada et de la France. Ces femmes avaient reçu le vaccin contre les VPH durant leur grossesse alors qu’elles ignoraient être enceintes. Cette analyse ne démontre pas de lien entre la vaccination contre les VPH et des complications pendant la grossesse ou des malformations chez le bébé à naître. Une analyse de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) réalisée en juin 2017 à partir du suivi de 92 000 grossesses confirme cette absence de lien.

Lien entre le vaccin et certaines maladies

Sclérose en plaques

Une étude danoise démontre qu’il n’y a pas de lien entre le vaccin et la sclérose en plaques ou toute autre forme de maladie du système nerveux. Cette étude a été menée de 2006 à 2013 auprès de 4 millions de filles et de femmes de 10 à 44 ans. Parmi celles-ci, 800 000 avaient reçu le vaccin contre les VPH.

Troubles de la circulation sanguine

Le vaccin contre les VPH n’augmente pas le risque de troubles de la circulation sanguine, comme les embolies veineuses, chez les filles et les femmes de 9 à 26 ans. Cette conclusion provient d’une étude menée aux États-Unis et est appuyée par le rapport de juin 2017 de l’OMS.

Syndrome de douleur régionale complexe et syndrome de la tachycardie posturale orthostatique

Le syndrome de douleur régionale complexe se manifeste par des douleurs chroniques dans tous les membres.

Le syndrome de la tachycardie posturale orthostatique se caractérise par une augmentation anormale du rythme cardiaque lors des changements de position. Au moment de s’asseoir ou de se lever, la personne atteinte de ce syndrome peut présenter des symptômes tels que :

  • des étourdissements;
  • une perte de conscience;
  • des maux de tête;
  • des douleurs à la poitrine;
  • une faiblesse.

Les résultats d’une revue de données réalisée en Europe n’indiquent aucun lien entre le vaccin contre les VPH et ces 2 syndromes rares. L’OMS a également confirmé cette absence de lien.

Syndrome de Guillain-Barré (SGB)

Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) est une réaction extrêmement rare qui peut se produire après une infection ou après une vaccination. Il cause une paralysie progressive qui finit par disparaître, mais qui peut parfois laisser des séquelles.

Depuis l’implantation du programme de vaccination contre les VPH, environ 32 000 jeunes filles sont vaccinées chaque année au Québec. Une étude réalisée au Canada en 2016 ne démontre aucune augmentation du risque de SGB dans les groupes visés par la vaccination.

Plusieurs études et le rapport de l’OMS de juin 2017 n’ont démontré aucun lien entre la vaccination contre les VPH et le SGB ni aucune autre maladie du système immunitaire. Le rapport de l’OMS permet également d’affirmer que le risque de SGB n’augmente pas à la suite de la vaccination contre les VPH.

Références

Sécurité

Grossesse

  • SCHELLER, Nikolai, et autres, Quadrivalent HPV Vaccination and the Risk of Adverse Pregnancy Outcomes, [En ligne], 2017. The New England Journal of Medicine. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28355499 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

Sclérose en plaques

  • SCHELLER, Nikolai, et autres, Quadrivalent HPV Vaccination and Risk of Multiple Sclerosis and Other Demyelinating Diseases of the Central Nervous System, [En ligne], 2015. The Journal of the American Medical Association (JAMA). [http://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2088853 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

Troubles de la circulation sanguine

  • YIH, W. Katherine, et autres, Evaluation of the risk of venous thromboembolism after quadrivalent human papillomavirus vaccination among US females, [En ligne], 2016. Vaccine. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26549364 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

Syndrome de douleur régionale complexe et syndrome de la tachycardie posturale orthostatique

Syndrome de Guillain-Barré (SGB)

  • ANDREWS, Nick, Julia STOWE et Elizabeth MILLER. No increased risk of Guillain-Barré syndrome after human papilloma virus vaccine: A self-controlled case-series study in England, [En ligne], 2017. Vaccine. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28245941 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • ANGELO, Maria-Genalin, et autres. Post-licensure safety surveillance for human papillomavirus-16/18-AS04-adjuvanted vaccine: more than 4 years of experience, [En ligne], 2014. Pharmacoepidemiology and drug safety. [http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/pds.3593/epdf Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • ARNHEIM-DAHLSTRÖM, Lisen, et autres. Autoimmune, neurological, and venous thromboembolic adverse events after immunization of adolescent girls with quadrivalent human papillomavirus vaccine in Denmark and Sweden: cohort study, [En ligne], 2013. BMJ. [http://www.bmj.com/content/347/bmj.f5906 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • CHAO, Chun, et autres. Surveillance of autoimmune conditions following routine use of quadrivalent human papillomavirus vaccine, [En ligne], 2012.Journal of Internal Medicine. [http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1365-2796.2011.02467.x/epdf Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • DECEUNINCK, Geneviève, et autres. No increase in Guillain-Barre Syndrome hospitalisations after HPV vaccination program implementation. An administrative database analysis in Québec, Canada, [En ligne], 2016. [http://eurogin.com/2016/images/doc/eurogin-2016-abstracts-part-3.pdf Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • GEE, Julianne, et autres. Monitoring the safety of quadrivalent human papillomavirus vaccine: findings from the Vaccine Safety Datalink, [En ligne], 2011. Vaccine. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21907257 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • GRIMALDI-BENSOUDA, Lamiae, et autres. Risk of autoimmune diseases and human papilloma virus (HPV) vaccines: Six years of case-referent surveillance, [En ligne], 2017. Journal of Autoimmunity. [http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0896841116302141 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • KLEIN, Nicola P, et autres. Safety of quadrivalent human papillomavirus vaccine administered routinely to females, [En ligne], 2012. The Journal of the American Medical Association (JAMA). [http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/1363509 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • OJHA, Rohit P, et autres. Guillain-Barre syndrome following quadrivalent human papillomavirus vaccination among vaccine-eligible individuals in the United States, [En ligne], 2014. Human Vaccines & Immunotherapeutics. [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4181024/ Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

  • SLADE, Barbara A, et autres. Postlicensure safety surveillance for quadrivalent human papillomavirus recombinant vaccine, [En ligne], 2009. Journal of the American Medical Association (JAMA). [http://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/184421 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.] (Consulté le 26 septembre 2017).

Est-ce que l'information de cette page vous a été utile?


  

Dernière mise à jour : 12 janvier 2018, 11:47

Avis

Dépendances Le cannabis, une substance complexe... Inscription auprès d'un médecin de famille Rendez-vous santé Québec